Projet Kasbah Itran Maroc

MohamedMMohamed Taghda est le responsable d’un projet qui a presque 10 ans. Pendant tout ce temps ses frères, Khalid, Ismael, Abdou, Sofian et au début du projet Lahcen, ont développé un travail qui a été fondamental pour arriver au succès de notre Kasbah. N’oublions pas non plus Angel qui, depuis l’Espagne, a contribué avec décision à l’aventure dès le début. Le fruit de son travail est la création en 2008, d’une agence de voyage en Espagne qui nous permet d’offrir à nos clients toutes les garanties légales, dans le cadre de la législation européenne, en matière de voyages organisés. La magnifique expérience de ces dernières années nous a poussés à transférer notre projet à d’autres pays, comme par exemple, le Mali.



Qu’est-ce que Kasbah Itran ?

Alto AtlasKasbah Itran est un voyage qui a commencé en 2000 quand une famille berbère, la famille Taghda et deux amis espagnols ont décidé de s’associer et de restaurer une maison en ruine au bord de la rivière Mgoun, près du Kelaa Mgouna, au sud du Maroc. Dès le début, il était clair que les personnes faisant partie de l’entreprise, benefieraient des mêmes conditions : investissement initial pour lancer le projet, exécution, développement du travail et bénéfices enregistrés, tout serait partagé à parts égales par tous les associés.
Ce même schéma est appliqué à chaque fois que nous mettons en marche de nouveaux établissements dans de petits villages comme Megdaz, où nous avons remis en état, en association avec la famille Hassou, deux chambres de son « tadart ». Pour les voyageurs c’est l’opportunité de découvrir le Maroc le plus authentique.


Données légales

España:
AGENCIA DE VIAJES KASBAH ITRAN S.L.
Plaza Alonso martínez, 7-91. 09003 Burgos. España.
CIF: B09478801
Código de identificación de agencia de viajes: CICI.09-50
Angel García, tel. 0034 620984000
angel@kasbahitran.com

Maroc:
KASBAH ITRAN S.A.R.L.
Merna, El Kelaa Mgouna, Ouarzazate. Marruecos
PET: 54415015 - RC: 1205/413
Mohamed Taghda, tel. 00212 524837103
mohamed@kasbahitran.com


Ce voyage nous montre-t-il la réalité, les conditions de vie du pays ?

Souvent, l’amabilité des gens ou les paysages fantastiques nous empêchent de connaître la situation réelle des zones que nous traversons. Ceci arrive notamment quand nous faisons du trekking en montagne et que nous traversons les villages les plus reculés du Maroc. Sous l’aspect de « cartes postales » idylliques, se trouvent généralement des conditions de vie très difficiles pour les habitants. Manque d’attentions sanitaires, fort indice d’analphabètisme, conditions de travail très dures, tout cela faisant partie du paysage que le voyageur doit aussi connaître.



Quel en est l’impact négatif?

Le tourisme est un puissant instrument qui peut apporter la solution à de graves problèmes, malheureusement, il peut être aussi la cause de nombre d’entre eux. Au cours des dernières années nous avons été témoins d’importantes transformations de petits villages de l’Atlas : prolifération d’hôtels, constructions massives sans respect pour l’architecture locale...et ce qui est encore plus grave : le tourisme est en train de changer le comportement de la population, en particulier celui du secteur le plus vulnérable, les enfants. Faire du tourisme dans des zones où cela n’existait à peine, exige de la part de l’organisateur et du voyageur , une grande responsabilité ; nous vous proposerons un petit guide qui vous aidera à éviter les erreurs qui se font malgré une bonne volonté, souvent, mal comprise:Megdaz

ENFANTS ET CADEAUX: Notre recommandation est la suivante: on ne doit pas donner de cadeaux aux enfants et encore moins de l’argent. La raison principale est très facile à comprendre : comment réagirions-nous si un touriste en visite dans notre ville, se mettait à distribuer des cadeaux aux enfants sans la permission des parents ? Par ailleurs, avec ce type de comportement, le touriste est perçu comme une « machine à cadeaux » et perd ainsi la possibilité d’avoir une relation spontanée non intéressée. De plus, cela entraîne chez les jeunes et les enfants l’erreur de croire que demander l’aumône est plus rentable que de travailler.

AIDE: Si vous voulez collaborer, le meilleur moyen est encore de donner de l’argent aux organismes qui travaillent dans le pays. Si vous voulez offrir du matériel scolaire ou des vêtements, vous devrez vous diriger aux écoles ou, si vous faites du trekking, aux guides et au personnel qui vous accompagne.

PHOTOS: Cela semble évident mais...demandez la permission avant de faire une photo. Les femmes sont spécialement sensibles face à ce problème et la raison en est bien simple : elles veulent sauvegarder leur intimité en empêchant que leur visage apparaisse plus tard dans n’importe quelles revues de voyage, cartes postales ou pages web.

LANGUE: Apprenez les mots de base qui vous permettront en berbère, de saluer, remercier, prendre congé...
Pour cela télécharger ce vocabulaire pratique en PDF.

Valle de las Rosas

SIMPLICITE ET NATUREL: Les idées ci-dessus exprimées ne sont évidemment pas strictes : après une partie de football avec les gamins du village, les inviter à une boisson ou leur donner quelques sucreries ne porte aucun préjudice. Après avoir entamé une conversation avec une famille,qu’elle nous ait montré l’art de faire le pain, de cultiver la terre, nous pourrons lui demander de faire une photo de groupe, nous serons les bienvenus.

Pouvons-nous nous approcher et vivre la culture?

Rien n’est plus utile pour se libérer des clichés et des préjugés, que de s’approcher. Partager un thé, saluer les personnes que l’on rencontre dans les champs, plaisanter avec une bande de gamins ou partager avec les femmes une miche de pain à peine sortie du four familial, font en sorte que les fausses barrières culturelles disparaissent rapidement. Dans cet esprit, depuis Kasbah Itran et dans toutes les activités que nous organisons, nous essayons de promouvoir au maximum la communication entre les cultures et l’échange des idées.